Créer un site internet

Note : Fred, les Cyclades c’est quand tu veux mais ne traine pas trop, les réserves de parmigiani de Jda baisse et il nous faudra retourner sur l’Italie pour refaire le stock vers le 3/09…tu sais comme il devient difficile sans sa dose…. Eve-Lean, on repasse par la corse 3eme semaine de septembre, tu seras encore en train de marcher par la bas ? Caro, Lanzarote on devrait y être vers le 12 novembre et on en repart le 18/11 pour les Antilles. Aussi possible nous rejoindre pour la traversée de 5 à 7 jours, Portugal Lanzarote. Départ le 5/11 de Lisbonne. Pierrot ne t’en fais pas, Leica ne se laisse pas abattre, elle ne laisse pas sa part au chat, elle dévore sa dose de viande ou de thon chaque jour. Karine, merci pour l’invitation dans ton palais de Paros, cela nous aurait vraiment fait très plaisir de mouiller en bas de chez toi et passer un peu de temps ensemble dans ton ile, mais c’est raté, agenda serré oblige. On te fera des coucous de Naples. Merci à vous tous qui nous suivaient, merci de vos bons mots et messages qui nous font chaud au cœur. Gros bisous des Cyclades !

Day 52 – day 61 : Dimanche 23 aout – Mardi 1 septembre: Port Argostólion (Céphalonie - Ouest Grèce) – Ithaque – détroit de Corinthe – Athènes – ile de Kythnos (Cyclades) – ile de Syphnos – ile de Ios -

Jda : « tu es certaine que c’est l’ile où l’on veut aller ? Elle me semble plutôt déserte ». Cecile : « ça devrait être celle la selon le GPS….ah non mince, la bonne est 12milles juste derrière !! ». Voilà les Cyclades c’est ça, des iles qui te poussent de partout que tu ne sais plus à quels saints te vouer, avec des noms qui se ressemblent tous, Ios, Syphnos, Seriphos, Kythnos, Naxos etc…. c’est comme dans Astérix, si tu sautes une page tu sais plus qui est qui ! Et pour corser le tout, 30kn de vent quasi constant, ce qui nous fait une petite force 8 tout de même, et du coup nous occupent passablement pour changer les voiles, selon que l’on soit au pré/travers ou vent arrière. Et le pire c’est que les risées les plus fortes se lèvent au milieu de la nuit, ce qui nous a valu une 1ere nuit à Kythnos ou l’on n’a pas fermé l’œil car l’ancre ripait. On a prudemment fait comme les petits camarades pour la nuit suivante et ancré le cul ras la falaise pour éviter les rafales qui dégringolent du haut de l’ile, en frappant des bouts sur les rochers, l’ancre à l’avant, loin loin devant ! Vincent tu aurais été fier de nous, notre 1er mouillage dans cette configuration, avé la chaine que tu nous avais préparé pour cela, l’ancre de rab pour doubler l’amarre au cas où l’autre se barre, et encore une autre de l’autre côté car les risées venaient de chaque côté du bato, les vauriennes ! Total des courses on n’a pas bougé d’un iota, sauf que l’on n’a pas fait la petite ballade que l’on avait prévue sur l’ile de peur que le mouillage ne tienne pas.

Du coup nous sommes sagement resté au bato, on a fait un méga tiramisu avec Raphaël, tandis que Leïca s’est entrainée à la nage ; elle est incroyable, elle saute toute seule du bato maintenant pour se mettre à l’eau et….elle s’accroche à l’échelle pour remonter. Elle n’arrive pas encore tout à fait à grimper les 60cm d’échelons qui la sépare de la jupe arrière mais je paris que cela ne va pas tarder qu’elle trouve le truc. Et elle fait marrer tout le monde sur la plage quand elle arrive à la nage du bato avec son gilet de sauvetage. D’ailleurs elle va tellement vite que même il fait un crawl soutenu avec les palmes pour la suivre !

Pour reprendre le fil de la dernière fois, nous avons touché la Grèce par la Céphalonie de Syracuse, au petit matin du 3eme jour de traversé. Le vent soutenu nous a fait gagner du temps sur le timing, et en plus on a péché 2 thons, des sprinters ! Enfin on en a rémi un à l’eau car le thon c’est bon mais faut pas en abuser, de peur qu’il nous pousse des branchies a force d’en manger !!

Nous avons atterri dans un petit port, Argostólion. C’était assez improbable comme arrivée d’ailleurs car comme nous avions aucune littérature sur la Grèce avant de partir, on ne savait pas où on était. Quand on a demandé au bar du port (celui qui a le wifi, gratuit de surcroit) ou on se trouvait, cela les a vraiment fait rigoler. Puis la remontée sur Ithaque, magnifique balade au milieu des iles sauvages de plus de 50 miles, avec une arrivée fracassante. Le vent et la mer s’étaient conjointement liés pour nous faire de grosses grosses vagues, et de grosses grosses risées. D’ailleurs le minuscule port au fin fond d’une anse bien compliquée était saturé de bato, avec d’énormes mastodontes venu se protéger aussi. On en a profité pour dévaliser le petit magasin nautique tenu par le capitaine Mikos, 1,90 mètre au garrot, et presque aussi large ! C’est simple, avec lui dedans on ne pouvait plus rentrer vu la taille de son minuscule estanco, bourré de tout un bric à brac invraisemblable. On est reparti 2heures plus tard avec un festival de pièces détachées, un superbe guide des eaux des Cyclades maxi size (le seul qu’il avait en anglais, on a eu de la chance qu’il remette la main dessus, enfoui sous une montagne de poussière et de bricolo), et …..super faim ! Il nous a indiqué un petit resto traditionnel ou tout avait l’air succulent. Manque de pot il a fallu attendre encore 1 heure qu’une table se libère. Raphael commençait à ronger la laisse de Leïca, JDaniel stoïque papotait avec des locaux à grand renfort de bière et cigarette, et de mon côté…shopping ;-) incroyable, le magasin de déco juste en face du resto ou on a envie de tout acheter, est tenu par…..une new yorkaise et une de ses filles, Natalia ! Elle a tout de même eu 7 enfants avec un grec du coin, tous aux quatre coins du monde maintenant. Et elle entre NY et Ithaque, selon les saisons. Autant dire que j’en ai profité pour acheter les choses indispensables qui nous manquaient à bord, du coussin super tendance à la boite à the vintage toute cabossée, en passant par un petit cadeau pour ma jolie maman. Natalia a particulièrement bichonné le packaging en faisant un amour de paquet dans une belle petite boite qu’elle a rempli de tout une ribambelle de petites choses adorables, lavandes, coquillages, étoile de mer etc…

Départ le lendemain tôt, cap sur le détroit de Corinthe, le fameux détroit large de pas grand-chose, avec des courants pas possible, détruit par les anglais puis les allemands ensuite (600,000 cubes de terres tout de même, cela a dû être long à déblayer) !!

Et pendant que j’écris tranquillement au coucher du soleil avant d’arriver à notre mouillage, tout d’un coup un énorme bateau qui relie les iles nous double sur tribord en nous frisant les moustaches…. Damned, pas vu celui-là !!!

Sans plus de détour nous arrivons à Athènes, ville mythique… visite de l’acropole oblige, Raphaël scotché par la majesté imposante du site. « C’est tout de même assez diffèrent des photos de mes livres d’histoire » me dit-il d’un air songeur. Il est vrai que comparé à Colombier on change d’échelle. Bien que, nous avons tout de même un magnifique château fort construit sur les ruines romaines à Colombier, cela vaut bien une acropole ! Athènes, ville tentaculaire de plus de 4 millions d’habitants (sur 11mio qu’en compte la Grèce, je vous laisse imaginer l’ampleur). Et quasi pas un seul gratte-ciel, que des petits immeubles à perte de vue, ou un joyeux mélange règne entre vieilles ruines, ruines récentes, petits quartiers et grandes artères. Et le stade olympique. Et la marina Zea, dernier arrêt avant l’Olympe. On ne croise pas que des dieux mais les gens sont vraiment adorables, serviable et débrouillard. Car évidemment nous avons fini d’achever pendant l’amarrage le propulseur bâbord qui s’est pris dans la pendille et au passage a aussi ravagé l’hélice tribord. Et bien grâce à JDaniel et aux gens de la capitainerie nous avons pu reconstituer notre stock de pièces détachées « délices », livrées à bord directement, et moitiés moins cher, vive la Grèce !

Les Cyclades, on en rêvait tous, après les péripéties d’Ulysse, de la belle Hélène, sans parler de la fameuse Atlantide, présumée avoir été une civilisation extraordinairement développée dont l’influence s’étendait jusqu’à l’Italie, située selon Platon sur les vestiges de l’ile de Santorin avant qu’une éruption volcanique ne la fasse volée en éclat quelques 1500 ans avant Jean Christophe.

L’épisode grec se termine demain, retour sur le Péloponnèse, puis traversée sur Messine de 340 milles, 3 à 4 jours suivant le vent ou on devrait y arriver vers le 8/9…. Je vais de se pas faire qques course, si je ne peux rien pour la rupture de stock de parmesan de JDaniel, je vais m’assurer qu’il y ait suffisamment de chocolat à bord et de gato de quart de nuit spécial « Vincent » ;-)

Commentaires (8)

martous dite depyuis deux mois mémé
  • 1. martous dite depyuis deux mois mémé | 11/09/2015
Cécile tes récits sont savoureux et font rêver...
nous sommes en préparation du WE de mariage de K et penserons très fort à vous; on se voit toujours le 21?
je vous couvre de bisous
martous
Ève Lean
  • 2. Ève Lean | 10/09/2015
Bonjour les amis
Superbes photos et belle rédaction, je trouve Cecile que tu nous donnes des beaux récits.
A moi de t'en fournir un !!!
Nous sommes partis de Porto Vecchio avec un mini bus direction Alta Rocca au pied des aiguilles de Bavella , courte randonnée depuis le village Ospedale direction la Punta et Vacca Morta 1314 m altitude, nous avons passé la nuit a Zonza, temps de match 3 hrs et dénivelé 300m
Le deuxième jours direction le plateau du Cuscione 1500m, le plus étendu de Corse, large transhumance, beaucoup de bergeries, des BEEEEEE en nombres"""" aussi des rrronnnn des cochons!!!! Nous avons fait l'ascension du Castellu Ornucciu 1745 m et traverse des vestiges pastoraux anciens . Temps de marche 7h dénivelés 600m
Troisième jour , les aiguilles de Bavella en commençant par le sud du plateau de Compuleddu, arche naturelle dans la roche et Belle curiosité géologique, deux ascensions Calancha Murata et le promontoire, 6 hrs de marche dénivelés 700m, nous résidons toujours a Zonza mais cette nuit est la dernières.
Jour 4 , nous déménageons pour le centre de la Corse, 1h30 en mini bus, randonnée au col de Verde, 1300m et poursuivons a pied vers la vallée des Pozzi 1750m ancienne cuvette d'origine glacière ... Ceci est pour toi Raphaël """ côté géographie !!!! Cette randonnée était un coin de paradis nous avons fini sur le lac de Bastani 1882 et admire Mte Rinosu qui nous dominait avec ses 2352 m d'altitude. Nous avons posé nos sacs à Corte ancienne capitale de Corse. Temps de marche 7 hrs et dénivelé 1100m
Jour 5 transfert en mini bus dans la vallée de la haute Restonica en démarrant à Grutelle 1370 m, randonnée vers les trois lacs, Melu, Capitellu et Goria (que nous n'avons pas fait... Le dernier Goria)
Nous avions la forme et c'était nécessaire car c'est de la haute montagne et les participants à l'exception (evelyne) ont soupiré, râle, peste, et je vous passe autres expressions moins élégantes et plus imagées """". Oooooh temps de marche 5h30 seulement upupupup dénivelé positif et négatif 1100m a piece of cake really
Nous avons fini malheureusement la journée avec un péroné casse, donc descente malgré tout, Philippe a été très courageux et direction les urgences, évacuation par Ajaccio le lendemain etc,,,, bref le jour 6 a été administratif car il a fallu lui soutenir le moral et s'affairer autour du blessé.
Jour 7 transfer au massif du Monte Cintu le soir du jour 6 et le lendemain après une bonne nuit, une soirée arrosée en pensant au blesse maintenant entre des mains compétantes nous nous sommes rendus vers les gorges de la Spelunca, le golfe de Portu et les Calanches de Piana, site classe UNESCO. Superbe, escalade et descente tout aussi vertigineuses, le morale des troupes se préparant à une mutinerie!!!! Enfin presque, il a fallu que je rigole de leurs verres à moitié vides et leur moral dans le bas des chaussettes pour tenir la main au guide afin d'arrivée tous en bas des gorges avec encore le sourire.
Aujourd'hui nous sommes à la maison à Porto Vecchio et ils pensent tous refaire une autre virée en Corse avec le guide joyeux, Robert qui connaissait toutes les parties les plus spectaculaires de la Corse.
Nous rentrons le 12/09 et je vous fait de grosses bises
Evelyne
Fred Dus
  • 3. Fred Dus | 08/09/2015
Salut les cocos,
je croyais que vous alliez passer une année à la cool, mais votre programme est un vrai marathon, attention au Burn out!!!
Il est possible que je sois disponible pour faire la dernière étape vers Formentera début octobre, serait-ce possible?. Est-ce que vous partiriez de France ?
Des bisous à tout l'équipage!
Fred
Dupic michelle
  • 4. Dupic michelle | 04/09/2015
Bonjour les Amis,

Nous suivons avec passion votre parcours riche en événements, rencontres , les paysages étant tous plus beaux que les autres ..
Vous êtes nettement plus expérimentés que nous en matière de peche !
Thierry a peche un poisson lézard et moi un poisson paon ! Avec ça , l'autarcie est encore loin!
Mais nous avons investi dans une gaffe à thon, reste a pêcher le thon ...
Nous sommes toujours aux iles éoliennes , Stromboli en principe dans deux ou trois jours .
Peut être allons nous pouvoir partager un superbe mouillage tout prochainement . Biz
Michelle et Thierry
François
  • 5. François | 02/09/2015
Coucou
et bien que de problèmes rencontrés avec les hélices…. :-)
Cela prouve que vous êtes plus des voileux…. :-) que des motoristes… :-)
J'espère que tous ces incidents n'ont ni irrémédiablement abîmé Heidi, ni entamé la bonne humeur de l'équipage….
Jda, anticipe toujours, et reste toujours aussi calme, et tout devrait bien aller… :-)
Courage à vous 4 :-)
François
Henri
  • 6. Henri | 02/09/2015
Malgrès les progrès "gigantesques" que je fais sur le net,l'ordi m'a encore bouffé la moitiés de mon message

Marie arrive ce soir,vers 10 on 11 ou 12 heure avec "l'amoureux Anglais"que nous allons enfin découvrir,et ils resteront une dizaine de jours

Gosses bises à tous
Henri
  • 7. Henri | 02/09/2015
Enfin nous avons dégusté un ensemble de nouvelle fraîches,toutes très intéressantes,ou ton talent de compteuse nous réjouit

Quand on pense au mal que tu donnais à l'école pour faire tes rédactions !!!!!!

On aurait du t'envoyer en Grèce plus tôt

Nous sommes ravis de voir que vous profitez un Max de l'aventure que vous aviez choisie mais ça n'empêche pas manette de se faire un santé d'encre en vous imaginant aux prises avec les éléments
Déchaînés si bien décrits par Par Homère .

Manette t'a commandé la collection complète de Luc Ferry qui t'attendra à Formentera,(mythologie et philosophie)

Bravo par ailleurs,pour vos amarrages en difficultés: on ne sait ce que cela représente que lorsque on est déjà passé par là

Nous sommes aujourd'hui,2/9,sous l'orage attendu tout l'été,on a peine à sortir la tête de l'eau

Mais l'île. Est bien "amarée " et on écope !!!!

Merçi encore pour vos précisions d'emploi du temps,qui nous permettent un peu de nous organiser

Marie arrive ce soir,vers 10 ou 11 heures,avec Marcel,Pauline ,etSimon,l'amoureux anglais .

à bipentôt et grosses bises à tous
Henri
  • 8. Henri | 02/09/2015
Enfin nous avons dégusté un ensemble de nouvelle fraîches,toutes très intéressantes,ou ton talent de compteuse nous réjouit

Quand on pense au mal que tu donnais à l'école pour faire tes rédactions !!!!!!

On aurait du t'envoyer en Grèce plus tôt

Nous sommes ravis de voir que vous profitez un Max de l'aventure que vous aviez choisie mais ça n'empêche pas manette de se faire un santé d'encre en vous imaginant aux prises avec les éléments
Déchaînés si bien décrits par Par Homère

Ajouter un commentaire