Créer un site internet

9 au 17 juillet 2015

Day seven – jeudi 9 juillet

C’est bon d’être un peu à terre surtout sur nos terres Formenteriennes ! Nous avons fêté l’anniversaire de Manette la veille à Can Rampucha, avec l’amie Marie Claude venu tenir compagnie à manette pendant que son marin de mari faisait la traversée avec nous. Quelle plaisir de la revoir ici…..

Petit passage à San Francisco fin de matinée, genre quand il fait bien chaud. San Francisco, la capitale pour les néophytes, ou nous avons fait entre autre un pèlerinage chez Manolo pour les empanadas et chez Roïpe pour le poulet Païes ! J’ai aussi trouvé la couleur de vernis Chanel qui était en rupture à Neuchâtel ; quand Vincent m’a accompagné dans la parfumerie alors que nous étions partis faire « qques courses d’avitaillement » j’ai senti une certaine incompréhension genre « mais qu’est-ce que je fous avec une nana pareille ». Faut dire que le Vincent, en bon marin qui se respecte, il va à l’essentiel, avec à la rigueur un arrêt au bistrot. Alors la parfumerie ……..

Enfin une petite brise, on décide de mettre les voiles et partir de l’autre côté de l’ile à Es Calo. Ah….dormir sous la voie romaine j’en rêve depuis que je suis toute petite, quand de tout en haut je voyais ces paisibles voiliers dans cette eau turquoise se balancer indolent et totalement indiffèrent à mes vœux les plus chers. Caramba ! Encore raté, trop de vent on ne peut même pas s’arrêter ! Enfin j’imagine bien que cela ce ne sera pas la dernière de mes déceptions avec ce vent impossible.

On trace la route et nous revenons de nuit à notre cormore de base de la Pedrera, avec une Marie Claude enthousiaste mais un peu sonnée par cette journée en mer. Faut dire que pour quelqu’un qui a le mal de mer rien qu’en voyant un glaçon se balancer dans un verre de rosée, c’est vraiment un exploit. Bravo ma belle !

Day eight – vendredi 10 juillet

Petit déjeuner à bord avec des terriens ! Nous avons la chance de recevoir….. Bon l’argenterie n’est pas encore vraiment bien astiqué, les verres en cristal font quelques peu défaut, mais tout est oublié autours des enseimadas et Nespresso vert foncé (les meilleurs pour le matin dixit Jda, qui a laissé Manette pantoise en lui révélant sa cache secrète de capsules : 1 mètre cube de capsule, 740 unités, 6 mois de stock à fond de cale! Faut pas s’étonner de caler 1 tonne de plus que la normale, mais la Vincent était plutôt favorable, en bon amateur éclairé de café qui « réveille son marin après une nuit de quart ».

Départ pour Ibiza au moteur (pas de chance, pas de vent) pour nous ancrer à Cala Bassa. Diner avec les Pacault, Richard qui nous a bien conseillé sur les équipements en tout genre, lui qui a vadrouillé sur les mers des caraïbes de nombreuses années. Et miracle, nous baptisons la plancha avec le fameux thon pêché à l’aller. Vincent nous  « le saisi » d’une main de maitre, aussi remarquablement que lorsqu’il a fallu haler la bête sur le bato.

Et miracle, Leïca a nagé de la berge jusqu’au bateau, toute seule comme une grande ! Elle qui ne s’est jamais aventurée plus loin que « son fond » dans l’eau du lac on n’y croit pas. Il faut dire que quand elle m’a vu partir à la nage et elle rester toute seule sur le rivage j’ai senti un moment de solitude l’envahir. Bravo ma Leïca, c’est toi la plus courageuse de tous.

Day nine – samedi 11 juillet

Et vlan, encore un départ raté ! Impossible de remonter l’ancre, la chaine bourre dans le puit de chaine à la proue. S’ensuit une discussion technique sur le comment du pourquoi, qui nous fait rater le créneau vent que l’on avait détecté la veille. Je vous passe les détails (genre « les bienfaits de la chaine inox versus acier ») et commentaires (du style mais p…… ils ont quoi dans la tête ces ingénieurs chez Dufour). Et nous voilà de nouveau au moteur…. Mais nous partons pour les iles des Colombrettes, autre lieu mythique dont je rêve depuis toute petite. Enfer ! Nous y arrivons péniblement sur les 3 heures du mat et toujours au moteur pour ne trouver aucun coffre de libre ! Contraint et forcé nous reprenons la route car on ne peut pas mouiller « sauvage » dans cette réserve des plus contrôlée. Rideau !

Day ten – dimanche 12 juillet

Journée de folie…. Commencé la journée par un haut fait de mon vieux loup de mer ; JDaniel en mettant sa ligne à l’eau de bon matin (juste après le café) lâche la canne et rattrape de justesse le fil…..qui se déroule inlassablement ! 600m de fil à l’aller et 600 mètres de fil au retour pour repêcher la canne ! Mort de rire !  Mais ce n’est pas tout, une fois les choses rentrées dans l’ordre, ils ont pêché pas un mais 2 thons monstrueux…qui tous les 2 sont repartis à l’eau pendant que mes Robinsons Crusoé débattaient de manière animée de la technique de halage la plus adaptée !

Et ensuite…il m’a envoyée en l’air ! Non pas comme vous vous l’imaginez (bien que je n’ai rien contre non plus), mais avec un harnais, tout en haut en haut en haut du mat, avec le bateau sous spi, grandiose ! Rien à l’horizon à part la mer bleu. En bas le bateau tout petit petit petit. Féerique. Sentiment incroyable. Enfin jusqu’au moment où il a fallu redescendre les 24 mètres !

Au menu des activités macramés, je me suis lancée sur les conseils et regards attentifs de Vincent dans la couture…de bouts ! Marquer les repères au fil nylon, faire des arrêts sur toutes les drisses, écoutes, pendilles et autres cordes en tous genres….il y en a une telle quantité que l’on pourrait faire un aller-retour sur la lune si on les mettait bout à bout ! Vincent m’a trouvé une occupation pour les dix prochaines années ! Mais sa bonne humeur et son coté « débrouille toi c’est ton bato » ne me laisse pas bcp d’alternative…. Donc j’exécute docile, ce qui fait bien marrer Jda. Qui d’ailleurs est tout aussi occupé avec son électronique qui lui fait visiter la basilique St Pierre de Rome sur la cote de l’Espagne !

Day eleven – lundi

Enfin touché terre en milieu d’après-midi à Cadaques, adorable village de la cote catalane. Mais quelle chaleur ! Leïca se brule les pattes, JDaniel transpire comme un camionneur, et moi j’hésite à me racheter une paire de Castaner une taille au-dessus dans cette adorable boutique du port ….

Auparavant nous avons fait un arrêt crotte pour Leïca car on s’inquiétait un peu pour elle. Elle a un peu mis la pagaille sur la minuscule plage de galet au milieu des qques touristes du coin ; moi qui la suivait à la trace en ramassant ces « souvenirs maison » ou on voyait défiler le menu des derniers 48h. La récolte valait son pesant d’or mais je me suis vite retrouvée en déficit de sac à crotte. Quant à trouver un distributeur de sac dans le coin…… même le bistrot de la plage m’a refusé leur poubelle an arguant que les poubelles il fallait se les remonter tout en haut de la falaise à dos d’homme ! Alors je les ai ramenés sur le bato, après tout c’est un trophée comme un autre!

Et maintenant c’est l’heure de l’apéro, soleil couchant sur Cadaques….enfin une nuit tranquille au mouillage en perspective, avant d’attaquer le dernier leg demain pour st Cyp ou nous allons à nouveau redémontrer les 3/4 du bato pour finir les dernières touches avec toutes les équipes techniques. Un lendemain de 14 juillet cela promet des surprises !

Apres cela on récupère Raphael à Marseillan qui termine son stage croisières des Glénan vendredi 17 prochain et vogue la galère….

 

8 jda sur barre de flche
8 ter jda sur barre de fleche 1
17
16
15 1
4 5
5 1
8
6 1
7 2
23 1
20
3 5
10
11
9 1
19
18
13 1
14
22
25
30
24 1
21

Commentaires (6)

Marianne et marcel
  • 1. Marianne et marcel | 13/08/2015
Bonjour de Grenoble ici la terre suivons de quelques semaines vos aventures
Merci de ces belles photos
Mois de juillet festif à Grenoble avec le passage de Pauline
Mois d'août arrêt sur image au chu tout va bien
Mois de septembre retour de Pauline et simon et des canadiens pour le mariage de Camille et Alexandre avec Charlotte
Photos à suivre....
Bon vent à vous
Nous serons sur Antibes du 20 au 30 Août
Willy
Super de vous savoir en route! merci de vos belles histoires, nous vous attendons de pied ferme de l'autre côté de l'Atlantique
Alain Rebetez
  • 3. Alain Rebetez | 18/07/2015
Hello les sailers. Heureusement qu'il y a Cécile pour faire le récit de vos aventures entre deux séances de shopping contrarié...
C'est haletant.
On pense à vous, have fun, gros becs, et continuez à contribuer à la dévastation halieutique en pêchant des thons à tout bout de champ!...
Me réjouis de lire la suite...
Bye, alain
Richard Pacault
  • 4. Richard Pacault | 18/07/2015
Cela y est, ton père est au point, il vient de terminer (brillamment) 2 jours de stage ( intensif) à Ibiza.
Si mes photos sont belles sur quel E-mail puis-te les envoyer (Vincent, Jda ou le tien) ? Merci de me confirmer l'adresse mail
Henri.
  • 5. Henri. | 18/07/2015
Alors ´´´´

Tu ne tiens pas ton blog à jour. ????
Henri.
  • 6. Henri. | 18/07/2015
Alors ´´´´

Tu ne tiens pas ton blog à jour. ????

Ajouter un commentaire