Note: toujours aussi cool de vous lire…quand on a la chance de capter les messages ! Vos petits mots nous réchauffe le cœur et nous amuses bcp, surtout ne nous / vous en privez pas !

  • contente papa de savoir que mes petites proses t’amuses… tu vois il ne faut jamais désespérer, même s’il faut attendre plus de 40 ans. heureuse de ne pas avoir été encore déshéritée faute de faute d’orthographe ;-)) et quelle merveille tes progrès sur internet….moins de 3 mois pour trouver une page, bravo ;-)
  • Francois merci pour tes encouragements…ce soir et pour la 1ere fois depuis notre départ j’ai « rentrée » le bato à quai toute seule (ou presque) à Salerno…. Faut dire que j’avais un boulevard, 2 gaillards d’Italien aux pendilles en plus de mes boys adorés aux amarres ! j’espère que tout se passe bien de votre côté.
  • Michelle j’ai cru comprendre que vous allez maintenant manger du thon pendant les 6 prochains mois matin midi et soir ? bravo pour votre pêche. On espère vous voir bientôt, on est sur vos pas, nous avons passé Stromboli hier ;-)
  • Fred tiens nous au courant, tu es le bienvenu à bord
  • Bel effort Eve-Lean, surtout après tes péripéties sur Heidi juste avant. Prend soin de toi et essaye de ne pas trop abimer tes camarades de route avec ta pêche légendaire ;-)
  • Et pour ma mémé adorée de grande sœur grand-mère, figure toi que Jda ta brainstormé un petit nom plus chouette, que penses-tu de Métine ? tous nos vœux aux mariés demain et à la petite princesse Charlotte.

Big kiss de Salerno à vous tous….

Day 62 – Day 70 : Mercredi 2 au  jeudi 10 septembre: ile de Santorin (Cyclades) – traversée en mer ionienne – passage détroit messine (Italie) – salinas (Iles éoliennes)

Quel drôle de sentiment que celui d’être coupé du monde. 4eme jours de mer en autarcie totale, parfois à la voile, parfois au moteur selon les humeurs du vent. C’est un mélange de calme intense, ou la vie prend son plein essor sans autres artifices que la vie elle-même. J’aime cette solitude à 4, ou chacun prend son rythme sans autre enjeu que celui d’être là, de surcroit ensemble.

Les nuits de quarts plus ou moins calme avec ces myriades d’étoiles, sans oublier la présence inquiétante de ces énormes cargos sur notre chemin, « passera, passera pas…. ». Les petits matins ou enfin le jour reprend ses droits sur l’omniprésente obscurité de la mer, les joyeux petits déjeuner à bord ou c’est la fête quand JDaniel et Raphael font leur divine production de pain de seigle et tresse au beurre. Puis la journée se déroule tranquillement entre navigation / baignade / intervalle école / rangement / bricolage /  lecture / jeux et autres occupations diverses et variées selon l’envie de chacun. Je n’aurai jamais cru que le passage entre la vie « terrienne » et la vie « aquatique » se fasse avec autant de facilité. Même Leïca y prend gout, elle est tout aussi enthousiaste à sauter du bato, toute harnachée qu’elle est dans son gilet de sauvetage pour aller chercher sa bale ou nager pour nous retrouver, même quand le courant ou les vagues en feraient reculer plus d’un. Et ce qu’elle aime par-dessus tout c’est quand on la frotte avec sa serviette pour la sécher après la douche. Extase totale…... D’ailleurs elle a compris qu’après le bain de mer la douche est obligatoire. Si au début il fallait lui courir après sur tout le bato, elle s’assied maintenant sagement à coté en attendant son tour. Et eurêka, elle a enfin daigné faire pipi/caca sur la plage arrière du bato, toute seule comme une grande. Je vous laisse imaginer la scène, on nous prendrait pour des fous furieux en assistant aux déluges de félicitations auxquelles elle a eu droit après cette remarquable performance. Enfin son moment préféré c’est celui du bruit de la canne à pêche quand on attrape un poisson ; depuis qu’elle a gouté au thon directement sorti de la mer elle voit cette activité d’un tout autre point de vue. Qu’elle déception quand on le remet à l’eau parce que trop petit ! On lit les reproches dans ses yeux !

Santorin, dernière escale de notre odyssée grecque, a été un feu d’artifice. Arrivée au coucher du soleil dans cet incroyable et immense cirque volcanique. Partout des falaises majestueuses qui se prolongent par des tombants d’une profondeur abyssale. Et en haut perchés et accrochés à même les apiques, des villages qui s’étendent comme de joyeux rubans blancs.

Nous avons tourné à gauche directement en arrivant dans cette immense anse, et miraculeusement trouvé une bouée libre pour nous amarrer pour la nuit, dans un adorable petit abri qui a dû servir aux pécheurs, et qui maintenant vit du tourisme. D’ailleurs tout ce que nous avons eu l’occasion de voir à Santorin, n’existent clairement que grâce au tourisme. Le village de Ioia, 500 marches plus haut, est un dédale de petites rues ou les magasins de touristes jouxtent les bars et les galeries « d’art ». Par une chaleur de plomb qui a bien failli avoir raison de notre courage, nous sommes arrivés au bout de ce chemin de croix, délicatement parfumé par….le crottin des ânes ! Eux aussi font partis du folklore local, tout déguisés qu’ils sont à la sauce grecque. Le choc en arrivant ; c’était comme les rues de Lan Kwai Fong ; une fourmilière de toutes nationalités ou les chinois ne sont pas en reste et ou les grecs sont clairement en minorités ! Petite discussion avec la charmante jeune fille qui tient le magasin de lunette ou j’ai trouvé une paire de solaire en titane extraordinaire qui a fait l’objet d’une OPA en règle de la part de Raphaël. « Maman elles sont trop géniales, tu ne peux pas les garder que pour toi ! » intérieurement une petite voix me disait « mais si mais si tu peux tout à fait les garder que pour toi », et je m’entendais lui répondre « ok je te les prête mais tu y fais gaffe ». Depuis lors je ne l’ai pas bcp revu ! Donc cette jeune athénienne venu à Santorin pour y trouver le calme après la frénésie de la capitale, m’a avoué à demi-mot que c’était un enfer, des touristes tout le temps, partout, même en hiver, aucune vie de village tout simplement car il n’y a plus de villageois. C’est un peu triste mais d’un autre coté sans le tourisme que resterait-il ? Après un rapide tour horizon nous sommes vite redescendus retrouver le calme, la fraicheur et le bonheur d’être sur Heidi. Puis le départ pour Messine, plus de 400 miles à l’ouest. Notre plus longue traversée en solo so far, et cet enchantement en découvrant les trésors cachés que nous réserve ce périple.

Apres la soirée « cargos en folies », JDaniel nous a concocté une surprise pour ce soir avec un nouveau spectacle son et lumière à savoir….cinéma en plein air. En sacrifiant ma dernière cuillère en bois, il a mis au point un système super ingénieux d’écran géant (enfin toutes proportions gardées) et projecteur sur la plage arrière. Pour fêter cela j’ai préparé un petit diner de derrière les fagots et Raphael est au jury de sélection du film. Erreur mon cher Watson….qu’est-ce qu’un ado de 13 ans va choisir comme film d’inauguration ? Je vous le donne dans le mile (Marin ;-) un super film d’action qui a reçu nombre de prix et distinctions….dans la population moins de 14 ans. A savoir Taxi 3 !!!  Mise à part le film (on a quand même bien rigolé, et puis la jolie Marion C. y joue également, bon ce n’est pas son meilleur rôle je vous l’accorde) la sensation est extraordinaire ; on navigue à la voile à une bonne allure (7 à 8 nœuds) et on regarde un film sur ce magnifique et improbable écran à l’arrière.

Le petit port d’Isola Salina nous abrite 3 jours durant, par tempête et pluies diluviennes. Entre 2 averses on en profite pour renouer avec la civilisation, et c’est Leïca qui décroche la timbale : un os géant généreusement offert par le boucher du coin. Il faut dire qu’il taxe le prix de la viande de Leïca au même tarif que celui de la côte de bœuf 1er choix, chercher l’erreur !! Nous profitons du carré intérieur du bato ce qui est rare depuis notre départ, et vraiment nous sommes enchantés de sa conception, déjà il est étanche ce qui est plutôt pas mal vu les quantités d’eau qui nous dégringole dessus, ensuite il est super lumineux même par temps d’orage, il est spacieux et sa disposition plutôt compact nous évite les long corridors et escaliers interminables pour aller d’une pièce à l’autre ;-) bon parfois on se retrouve au « salon » avec le linge qui sèche dans la figure, ça a le mérite de rafraichir l’atmosphère. La cabine de Raphaël est toujours sous le signe du tsunami géant, j’ai tout de même réussi à obtenir un coup de ménage….ou j’ai découvert des trésors enfouis. Pas nécessaire d’aller à Pompéi ou ailleurs pour voir des choses surprenantes. Cela va du sugus écrasé (ceux à l’ananas, les moins bons !) qui forment une jolie fresque, aux pièces détachés de trot, au CD de film en bouilli, vieille chaussette orpheline et esseulée (sans mentionner les slips de plusieurs jours en déshérences). Dans l’inventaire à la Prévert trônant dans son antre, il ne faudrait surtout pas oublier de mentionner le skate, la trot, les tout nouveaux skis nautiques (pour donner une raison de plus de sortir le moteur 20ch, tout au fond du coffre arrière et qui pèse un âne mort), le chapeau de cowboy « souvenir des Glénans », les livres d’histoires, de conjugaison (et oui l’école a repris, pour notre plus grand malheur à tous !) bon je m’arrête là vous avez saisi de quoi je parle. Comme quoi même là je suis surprise de l’espace étonnant des cabines arrière d’Heidi.

10-09-15 > départ de Salina dans l’après-midi après la dernière averse pour Salerno, juste avant Capri, nav de nuit via Stromboli. Stromboli….autre endroit mythique qui nous fait rêver, Jda et Raphaël à cause du volcan en activité, et moi pour le film de Rossellini avec Ingrid Bergman. Et quelle ne fut ma surprise ? JDaniel l’avait téléchargé avant de partir sur son mac pour qu’on puisse le voir sur place ! Je ne vous l’avais pas dit encore ? Il est génial !!

L’arrivée sur Stromboli à la voile au coucher du soleil….une pure merveille ! Mais loin d’égaler une fois la nuit tombée la vision de ces geysers de lave au sommet, comme un feu d’artifice inquiétant et indomptable. Et grâce à l’ingénieux système de cinéma plein air de Jda, Stromboli, le film en live alors que l’on s’éloigne doucement du volcan par le nord à la voile. Rien que pour cela ce voyage vaut tous les trésors du monde ! Sans compter que nous avions pour l’occasion concocté un petit diner italien servi à bord à tomber ; succulent tiramisu de Raphael (toute la bouteille d’Amaretto y est passée !) et spaghetti bolo faites maison sur une idée originale de Jda. Et oui la côte de bœuf a fait des heureux, Leïca pour l’os (en plus de l’autre) et les boys pour la « carné ».

La nuit portant conseil, Jda a eu tout le loisir avant notre arrivée à Salerno d’étudier les copains « du bac à sable » : le Queens Mary qui croise par la, les cargos aux noms plus ou moins exotiques genre « Cartour Delta », « l’Americano », « Stina » et les chalutiers plus charmants du style « Antonietta », « San Giacomo », « Luigi Padre », même une « Bernadette », un peu délabrée mais adorable, pour n’en nommer que qquns uns aux hasard des routes.

Puis au matin hop une petite ligne à l’eau pour pêcher une magnifique dorade coryphène au nom exotique de « Mae Mae ». Leïca n’en perd pas une miette. Les voilà de nouveau tous les 2 déçus quand il rate la 2eme ! Puis jolie averse avec coup de vent qui laisse Jda et Leïca tous les 2 trempés, Jda pour devoir affaler la grand-voile rapidos à cause du coup de vent assez costaud, et Leïca qui n’ayant pas fini son os, après une tentative pour le finir dedans, préfère affronter la pluie plutôt que le laisser seul dehors….des fois qu’on lui pique !

Et maintenant à la manœuvre ; rentrer les voiles, sortez les pare-bats, les amarres, la gaffe (non ce n’est pas une bêtise, mais simplement l’engin qui sert à attraper les pendilles toutes pourries des ports qui servent à amarrer l’avant du bato. D’ailleurs je trouve que c’est un nom plutôt sympathique pour un engin somme toute assez banal mais oh combien pratique…et parfois dangereux quand on laisse Raphaël nous faire une démonstration de tortues ninja avec !).

Et zut… le linge n’est pas encore sec, on va encore se faire remarquer en arrivant avec notre magnifique lessive qui bat au vent, genre la famille Mordillo en voyage !!

Commentaires (11)

nike air max 2010
  • 1. nike air max 2010 (site web) | 09/05/2016
Thanks , I've just been looking for info about this subject for a long time and yours is the greatest I've came upon till now. But, what about the bottom line? Are you certain in regards to the supply?
morgontofflor
  • 2. morgontofflor (site web) | 09/05/2016
There is apparently a lot to identify about this. I consider you made certain nice points in features also.
mbt sverige ab lund
  • 3. mbt sverige ab lund (site web) | 20/04/2016
Definitely, what a magnificent site and informative posts, I surely will bookmark your blog.Have an awsome day!
billige air jordan hoodie jacket
  • 4. billige air jordan hoodie jacket (site web) | 20/04/2016
Fantastic website. Lots of helpful information here. Iˇm sending it to a few friends ans also sharing in delicious. And naturally, thanks to your effort!
träningsbyxor
  • 5. träningsbyxor (site web) | 19/04/2016
Hello, I check your new stuff on a regular basis. Your writing style is awesome, keep doing what you're doing!
Leonardinho
  • 6. Leonardinho (site web) | 18/02/2016
The answer of an exeprt. Good to hear from you.
Evelyne
  • 7. Evelyne | 02/10/2015
Salut après la saga du début septembre, superbe ton récit et tellement vivant, salutations pour Leica qui arrive son adaptation totale et en beauté sans etre à terre. Ceci vaut bien un os même au prix d'une côté de bœuf !!!! Ou la côte de bœuf avec en cadeau un os, bref Leica totalement gagnante.
Santorin oui oui je me souviens en plein Juillet il fallait escalader ces escaliers en apnée de préférence entre les odeurs d'âne ....et senteurs de fleurs.... Je me souviens plus particulièrement des premières..... Plus fortes
François
  • 8. François | 24/09/2015
Ah les vertues des cuillères en bois sur les bateau, c'est un chapitre a part entière…. :-)
Bises et salutations
Ralph Schafflützel
  • 9. Ralph Schafflützel | 14/09/2015
C'est un grand plaisir de vous lire. C'est vraiment un super beau projet de vie, un beau lâcher prise avec un voyage pleines de belles surprises et une belle prise que vous avez attrapée et dégustée. Je vous félicite, vous donnez très envie de vous imiter. Je vous souhaite bon vent et que le meilleur vous arrive tout au long des rives et vous souhaite la belle vie en Italie.
Amitiés. Ralph
Henri et michele
  • 10. Henri et michele | 13/09/2015
Aujourd'hui dimanche 13 septembre

Merci de votre tentative de Skype ,interrompue a cause des orages

Nous essayerons ce soir

La lecture du blog de Cécile nous a fait grand plaisir avec tous ces détails sur vôtres " grande navigation"

Cela. ,me d it michele,nous laisse bien augurer de la suite de l'aventure

Les chambres sont prêtes pour accueillir vos ami,et Michele m'informe que le service de l'étage Pourra fonctionner normalement
Ce qui sera plus agréable que de rester sur le bateau,surtout à cette période où les férus risquent

D'être agités avec beaucoup de courant

Et surtout nus avons hâté de vous revoir

Le séjour de Mariane s'est trés bien passé malgrés un temps couvert,mais ils tous les quarte de véritables poissons

Pauline est une merveille mode joie et de bonne
Humeur
L'amoureux anglais est très sympathique,et ils onl
T du hier se retrouver pour la fête de Camille et d'Alex à Perpignan

Encore bravo e t aux prochaines nouvelles avec votre feuille de route.

Bises. Manett et père
M.

M

Et
Henri et michele
  • 11. Henri et michele | 13/09/2015
Aujourd'hui dimanche 13 septembre

Merci de votre tentative de Skype ,interrompue a cause des orages

Nous essayerons ce soir

La lecture du blog de Cécile nous a fait grand plaisir avec tous ces détails sur vôtres " grande navigation"

Cela. ,me d it michele,nous laisse bien augurer de la suite de l'aventure

Les chambres sont prêtes pour accueillir vos ami,et Michele m'informe que le service de l'étage Pourra fonctionner normalement
Ce qui sera plus agréable que de rester sur le bateau,surtout à cette période où les férus risquent

D'être agités avec beaucoup de courant

Et surtout nus avons hâté de vous revoir

Le séjour de Mariane s'est trés bien passé malgrés un temps couvert,mais ils tous les quarte de véritables poissons

Pauline est une merveille mode joie et de bonne
Humeur
L'amoureux anglais est très sympathique,et ils onl
T du hier se retrouver pour la fête de Camille et d'Alex à Perpignan

Encore bravo e t aux prochaines nouvelles avec votre feuille de route.

Bises. Manett et père
M.

M

Et

Ajouter un commentaire