du 24 novembre au 27 decembre 2015

Note:  

JOYEUX NOEL ET BONNE ANNEE A VOUS TOUS !

Merci pour tous vos messages à notre arrivée et durant la traversée que nous arrivions parfois à capter via iridium !!

 

Day 153 – Day 187 : mardi 24 novembre – 27 décembre : Las Palmas (Iles Canaries) – océan atlantique, entre la 28eme et 10eme latitude nord et 15eme à la 65eme longitude ouest  - Barbade (caraïbes)

L’Atlantique, un sacre morceau ! 23 jours en mer (pour nous), 2700 miles, 5000 km, c’est comme si on faisait Colombier - New York à la vitesse de 9km/h….c’est dire si on a le temps de l’apprécier cette traversée!

Mais par où commencer ? Que dire de tout cela ? Me revient en mémoire ce que m’avait soufflé un ami japonais lors de l’ascension du Fuji-Yama ; plus de 6h de montée assez raide de nuit (et on grimpe de nuit car le jour il fait trop chaud parce qu’on ne peut le faire qu’en été), et la nuit à plus de 4000m, on se pèle, le chemin est tout cabossé, il y a du monde partout, et quand on arrive….on a le sentiment d’être à Disneyland tellement il y a d’activité en haut, d’échoppes, de truc pour touriste partout…. Il m’avait dit : « sais-tu ce que l’on dit au japon sur le Fuji-Yama ? Qu’il y a 2 sortes de fous, ceux qu’ils ne l’ont jamais grimpé, et ceux qui l’ont fait plus d’une fois ! ». Et bien l’atlantique c’est la même chose. Mais c’est plus long.

Ce qui est certain c’est que l’on a tout le temps pour de nouvelles expériences ; JDaniel et sa tartine beurrée d’un côté, miellé de l’autre, Raphaël et son nouvel IPad qui découvre des trésors cachés, Père qui teste tous les boutons du bato car il ne trouve jamais le bon, ce qui crée des réactions en chaine…

De fait on vit cette 1ere fois de manière si différente les uns des autres, que je devrai m’arrêter là en vous incitant à le faire par vous-même pour savoir ce que l’on ressent vraiment. Mais bon je sens que cela serait plus frustrant …. Alors reprenons peut être par thème.

Le décor :

L’océan à perte de vue, dès que l’on quitte les cotes, après environ 2 jours de nav. Tantôt calme, tantôt agité, tantôt rassurant, tantôt menaçant. Jamais indiffèrent. Des couleurs incroyables selon la luminosité. Des textures fabuleuses, de la masse en acier trempé, lisse et métallique, aux vagues déferlantes qui crée une écume légère et duveteuse. On ne peut que se sentir petit, vulnérable, respectueux et admiratif devant cette immense étendue en perpétuelle mouvement.

Le vent quasi non-stop. De la brise légère et fraiche aux rafales à plus de 40kn. Du bruit continuel. Parfois de la pluie qui rafraichit pas mal l’atmosphère. Les embruns qui laissent des traces salées partout, tout le temps. Les poissons volants qui nous accompagnent tout au long du voyage. On les voit, soit en groupe soit solitaire, décoller pour un oui ou pour un non, planer majestueusement et s’engouffrer dans l’océan à nouveau. Certain ratent leur démarrage et vont s’emplafonner dans la vague suivante à peine sorti de l’eau. C’est drôle. Et c’est un spectacle dont on ne se lasse pas….

Les températures, plutôt fraiches au départ. On sent l’influence de l’hiver dans les Canaries et en descente vers le Cap Vert. Puis cela se réchauffe progressivement pour atteindre les 28° à 32° degrés quand on touche les alizées au sud-ouest. Et parfois il fait tellement chaud que l’on recherche l’ombre sur le pont….mais les places sont chères !

Les nuits qui succèdent aux jours, que l’on vit, avec une égale intensité puisque nous y passons pas mal de temps éveillés pendant nos quarts respectifs, Jda jusqu’à 3h du mat et mois après. Et de nuit les choses prennent une tout autre allure, plus calme, plus inquiétantes aussi, majestueuse toujours. Le tapis d’étoiles, avec ou sans lune, la « noireté » de l’eau qui nous entoure qui fait que l’on ne distingue rien de plus que le périmètre du bateau, et encore. Les sons exacerbés, la fatigue qui au fil des jours se mue en une certaine sérénité. Et l’explosion du jour, la lumière qui fait place à « l’inquietance » de la nuit. On ne peut s’empêcher de penser à la chance que l’on a de voir le soleil apparaitre chaque matin.

Et les jours qui se succèdent ainsi les uns après les autres, jusqu’à enfin voir la terre, de l’autre côté de la « grande baignoire ».

Les activités :

Grace à Peter le pilote automatique, nous ne barrons que quand on en a envie ou lorsque cela est nécessaire. Soit que l’on soit sous spi avec une mer formée que Peter à du mal à gérer, soit que Peter soit un peu fatigué et débloque, soit que l’on est tout simplement envie de prendre la barre. Ce qui nous laisse pas mal de temps pour faire d’autre choses.

Prendre la météo, décider de la route à suivre, régler les voiles, vérifier l’accastillage, réparer au fil de l’eau ce qui casse ou ne fonctionne plus bien. Essayer de ranger au fur et à mesure afin d’éviter que cela parte en cacahouète en cas de coup dur. Genre la drisse de grand-voile que nous avons dû affaler en cata une ou 2 fois, et toujours de nuit ! JDaniel plus que parfait dans son rôle de capitaine, tenu du livre de bord, brief, débriefe et radio. A aucun moment il ne s’est départi de son calme, même quand parfois il aurait peut-être fallu s’activer un peu plus pour éviter que les choses ne s’enveniment vraiment. Mais bon tout c’est toujours bien terminé, Inch Allah !

La pêche, la grande activité de Père à bord, réalisé de main de maitre avec toute l’attention et la diligence requise. Qui nous a valu de succulent diner à bord. Et des sketches entre lui et JDaniel dignent des meilleurs moments du splendide. Notamment sur la meilleure technique pour remonter le poisson à bord et aussi le découper. Dont l’épilogue se tenait souvent autour d’une bière fraiche !

L’école pour Raphaël. Alors là je suis bluffé. Raphael fait toute mon admiration car il suit son programme bon an mal an, quel que soit les conditions. Le programme du CNED est remarquablement bien fait mais l’année de quatrième est tout de même assez challenging. D’autant plus lorsqu’elle fait suite à la 5eme en suisse, ou le style d’enseignement est plus basé sur un accompagnement pas à pas de l’enfant, ou l’enjeu est plus de re-delivrer ce que l’on apprend que de disserter et réfléchir. Raphaël avec son flegme très britannique s’attelle à la tache courageusement et progresse dans cet apprentissage au fil de l’eau ;-) Il y gagne au final pas mal en maturité car il apprend à réfléchir à la finalité des choses par lui-même. Et puis il doit se débrouiller tout seul. Nous sommes là en back up bien évidemment mais il a de moins en moins besoin de nous. Bravo mon ange, continue comme cela, même si tu te ramasses parfois ce n’est pas grave, c’est le métier qui rentre !!

Les parties de belote coinchées, ou les équipes bien rodées s’affrontent sans merci. Même les départs au lof bien sentis d’Heidi ne déconcentrent pas les joueurs en pleine partie. Les places sont déterminantes ; il y a celles confortables, et celles chanceuses ! Les points sont comptés et recomptés, les cartes battues, distribuées selon un certain ordre puis un ordre diffèrent selon les croyances et espérances de chacun. Au final les scores s’équilibrent, donc tout va bien !

La gastronomie tient une place importante, plus pour certain que d’autre d’ailleurs ! Toutes choses étant égal par ailleurs comme dirait notre ami Christian, il est certain sujet avec lequel on ne plaisante pas. Alors on s’affaire autour des fourneaux. JDaniel nous fait de succulent risotto, Raphaël ses spaghettis al dente, même Père nous a fait le dernier soir un magnifique tartare de tazard. Et le reste du temps c’est moi qui m’y colle. Un grand merci à Jamie (Oliver) pour toutes ses belles recettes dont je ne me lasse pas. Une fois constitué la bibliothèque d’épices nécessaires à leur réalisatio tout va bien, il n’y a plus qu’à suivre le guide…. Niveau tempo la règle a bord est petit dej copieux, lunch chacun se débrouille selon ses envies, diner avec un bon petit plat (passés les 1er jours, Père s’y est très bien fait et il a réussi à ne pas mourir de faim en attendant le diner du soir ;-) En cuisine on a pris la politique du très peu de reste car c’est vraiment pénible à gérer, d’autant que j’ai remarqué que personne ne les mange ensuite car tout le monde préfère le frais. Et c’est là que l’on apprécie les placards de victuailles plein, dessus dessous et sur les côtés, les légumes et fruits bien emballés individuellement dont on a pu faire usage presque jusqu’aux derniers jours, les 3 frigos et le congélateur, le groupe pour l’électricité nécessaire au bon fonctionnement des cuisines du yacht ! Par contre sur le nettoyage de la vaisselle il y a bcp de laisser aller….mais je ne vais pas m’éterniser sur les sujets qui fâchent…au même registre que je vous ferai grâce de la partie ménage. Bien que Raphaël devient d’une aide précieuse pour ce qui concerne le maniement de l’aspirateur et du chiffon de poussière. Même le nettoyage du grand frigo et de sa salle de bain commencent à rentrer dans les possibles divers. JDaniel ne ménage pas sa peine pour l’extérieur, nous avons ainsi un carré douillet et propre la plupart du temps. Et Père survole tout cela comme il l’a toujours fait, tel un pacha condescendant qui accepte à la limite de se déplacer pour vous laisser passer l’éponge. Mais il faut insister. Bon j’exagère il a du faire la vaisselle peut être 2 ou 3 fois sur les 2 mois. Et il a découvert ou se cachaient les cuillères et le pain après que 20 jours de nav. !  

 

L’ambiance :

Finalement assez tranquille une fois que l’on s’ajuste les uns aux autres. Mais il a fallu un peu de temps pour cela tant il est vrai qu’il n’est pas facile d’accueillir même son père pour une période plus longue qu’une semaine ! Parfois cela coince un peu, mais comme nous sommes tous pour la paix des ménages et bien on y met un peu chacun du sien et ça passe. Quand on est vraiment fatigué on s’isole un peu, c’est aussi simple que cela.

Il leur a fallu du temps mais le résultat en valait le coup, Père et Raphaël ont réussi à se connecter sur la fin du séjour et à avoir une vraie complicité. Ils se sont mutuellement accepter avec leurs qualités et leurs défauts pour ne retenir que le coté fun et drôle. Du coup on a assisté à qques sketches entre les 2 assez drôles. D’ailleurs Raphaël a surnommer son grand père « l’encyclopédie » tandis que le sobriquet préfère de Père à l’égard de Raphaël est « pourri ». Surtout quand il lui mange sous le nez le dernier carré de chocolat ou quand il prend la dernière cannette de Fanta fraiche.

 

Les moments chauds :

Quand nous avons fait un empannage sauvage à peine parti de Lanzarote qui nous a fracassé le chariot de grand-voile. Cela nous a valu une bonne suée au milieu de la nuit pour récupérer et affaler la voile par plus de 25kn de vent. Si vous voulez les détails, voir le blog précèdent. Ce qui était encore moins drôle ca été les 13 jours d’immobilisation à Las Palmas. Et un aller-retour à La Rochelle par JDaniel pour finalement aller chercher la pièce de rechange restée coincée en douane !! Merci Sandra pour l’accueil que tu as réservé à Jda à la rochelle, il était enchanté. Et nous aussi car nous avons eu droit à son retour à des macarons Ladurées fort appréciés de l’équipage. Nous avons aussi eu le plaisir de rencontrer l’ami Karim du Maroc et l’ami Alain de France sur le ponton du yacht club de Las Palmas ou nous avions trouvé refuge durant le rassemblement des 270 bateaux de l’ARC avant leur départ de traversé, avec qui nous avons passé de savoureux moments et qui généreusement ont partagé leur savoir et leur bon truc. Sans oublier l’équipage de Kalisea, rencontré durant la Route du Jasmin cet été, qui nous ont également bien aidés à notre arrivée. Même que vous pourrez les voir à Thalassa, car l’équipe de reporter ne les quittait pas d’une semelle ;-)

Les nombreux cafouillages de Peter, qui nous ont valu plus d’une fois de se demander comment on allait faire s’il persistait à ne plus retrouver le nord au nord. Et la toute l’ingéniosité et la patience de Jda ont fait des merveilles. Il sait parler aux femmes…et aux hommes n’en déplaisent aux mauvaises langues. Enfin la nuit ou je me suis retrouvée rattrapée par un grain alors que j’essayais de lui faire entendre raison je risque de m’en souvenir encore longtemps. Plus de 40kn de vent, Peter en berne, nuit noire et tout le monde qui roupillait à bord. Je n’avais qu’une hantise c’est que ce qui nous sert de toit dehors, le bimini, ne s’arrache comme en Grèce par 30kn de vent. Et heureusement il a tenu, Père a fini par se réveiller et alerter Jda. Enfin le grain était passé et nous étions revenu à des valeurs plus civilisés, soit 30kn de vent et des vagues moins hautes quand tous ce petit monde a fini par me rejoindre sur le pont!

Le lazy jack qui s'est detaché en pleine nuit alors que nous avancions avec 2 ris dans la voile.... de nouveau l'affaler au plus vite pour eviter que les bouts ne s'enmelent et attacher la voile comme on a pu en attendant le matin pour monter au mat et le raccrocher.

Le code zéro qui est parti en steak quand la manille du halba a lâché. On a mis 6 heures à le récupérer de l’eau et le ré hisser pour l’enrouler sur sa galette. Pas le meilleur moment de la traversée non plu, mais au moins c’était de jour.

 

Les bons moments :

Et bien tout le temps en dehors des déconvenues et des états d’âmes ! Et une magnifique arrivée à la Barbade, de nuit et par quasi pleine lune, le 23 décembre à 2:37 am !

Pour continuer les bons moments, nous avons été super heureux d’accueillir Cathy et les enfants qui nous attendaient déjà depuis quasi une semaine à la Barbade. On les embrasse car ils viennent de repartir pour la suisse. Et nous, nous reprenons la mer ce soir, cap sur les Tobago keys, ou nous allons nous poser qques jours et plonger dans cet aquarium géant !

Commentaires (6)

Eve Lean
  • 1. Eve Lean | 14/02/2016
Bien entendu nous nous sommes parlees deux fois par tel mais nous n'avons pas réussi ni le skype ni FT ni IMO bref rien n'a fonctionné, mais finalement les communications de coeurs comptent pas mal aussi. Je suis heureuse de lire votre blog et mon admiration est au plus haut, vous vaincrez la grand baignoire et en effet elle est derriere vous mais comme votre ami Henri je vous demande aussi de rester prudents et lorsque la fatigue vous gagne, arrêtez vous au port !!! non cela est une blague......
Sur la terre ferme bien que ces derniers temps les secousses se font sentirent dans bien de lieux, en Suisse après la partie festive de fin d'année et tout si tout ça, un peu de calme et surtout une table plus allégée.
Je rentre d'une semaine de ski en Autriche c'était superbe car la neige venait de finalement faire une apparition timide mais qui c'est multiplier avec les jours, nous avons eu l'occasion de faire du ski de descente, ski nordique 22kms (des bêtes) mais c'était superbe, (Laurent c'est quand tu veux j'ai l'entrainement!!!!) et nous avons aussi eu l'idée géniale de partir en raquettes sur un trek de montagne avec une belle dénivellation de 450m, cela était deja moins drôle, épuisant serait juste mais en fin de journée, avec mon amie Marie Jose, heureuses de revoir l'hotel et son douillet bar.....
L'Autriche (Lech) est seulement a 5h30 de route mais avec tous les touristes que nous nous sommes farçis vendredi dernier avec la neige ... et oui encore... il nous a fallu 8h pour faire 350KMS....un grand plaisir mais nous avons refait le monde!!!

En lisant votre blog je tiens a envoyer toutes mes felicitations a Raphael qui confirme bien son développement individual et cette experience a une valeur unique.
Je vais entamer mon diner avec du poisson non pas pêche par mes soins mais par des professionnels !!!! un filet de Bar avec des patates douces-

Gros bisous a vous tous et comme c'est la St Valentin plein d'amour a vous tous sans exception
Eve Lean
Henri
  • 2. Henri | 01/02/2016
[b]Magifique. !!!!!

Vous êtes heureux comme des poissons dans l'eau !

Normal

Mais à part les casses techniques avec tout votre bazar de voiles et le mauvais caractère de "Peter" (le Pilote automatique)vus êtes jolis comme des bonbons sur les derniéres photos de vous trois.
Mais SOYEZ VIGILANTS !!!

C'est plus faciles de répare un chiot bouchéqu'une jambe cassée !!!

Raphaël, pense que ton corps est fragile,et tes belles dents un trésor inestimable !!!

A propos de Raphaël,ai tenant que le but de votre épopée est l'Australie,prévue pour fin août,ne pensez vous pas que nous pourrions le récupérer pour la rentrée 2016à Lyon.

Vous connaissez mon sens pratique,mais pour l'inscrire à St Luc,il faut le prévoir DES MAINTENANT

Ça vous laisserait LES MAINS LIBRES,et lui reprendrait une vie de terrien.

Ça n'est peut'être pas l'idéal,mais il faut ATTERIR

Il va vivre des moments extraordinaires de passer le canal de Panama,et il devrait faire comme Pére

,qui a tenu son livre de bord personnel et qui est ravi de le lire aux amis sans tout mélanger

C'est l'occasion de faire une rédaction exceptionnelle.

Ce que je vous dis,c'est peut'être contraignant,mais il sera content plus tard

Taper 2 ou3 lignes,chaque jour,ce n'est pas la mer à boire

Henri pense que tout. Cela mérite quand même réflexion

Je regrette de ne pas être avec vus pur en armer et pus vous embrassons tous
manette
  • 3. manette | 29/01/2016
Nous sommes le 29 et j'ai hâte d'avoir de vos nouvelles, quand êtes vous partis pour Panama? où estes vous?
je veux savoir si tout va bien , sans bobo, c'est ce qui me fait le plus de soucis;
biosous
manette32:
Rumani Marie-Claude
  • 4. Rumani Marie-Claude | 24/01/2016
Hello!
Quel bonheur de lire ton blog,Cecile!
Je me régale chaque fois tant c'est écrit avec esprit et humour, même, et surtout, pour raconter les divers soucis que vous avez dû affronter.
Bravo,c.est génial!
Je suis ravie de vous suivre à la trace...ou presque,et de voir à quel point vous êtes devenus des pros de la navigation. Je suis bluffée par votre ténacité,votre organisation,votre aptitude à gérer les pb.
Quelle merveilleuse aventure pour Raphaël!! Plus formateur que n'importe quelle école, "une énorme leçon de vie pour la vie entière "
Je vous souhaite une aussi belle année 2016.
Continue de partager avec nous,pauvres terriens,ces moments exceptionnels.
Je vous embrasse très fort tous les trois.
Avec toute mon affection,

Marie-Claude

Grolimund Murielle
  • 5. Grolimund Murielle | 07/01/2016
FELICITATIONS !!!
On est ravis de vous savoir de l'autre côté de la "baignoire".
Vous avez du vivre une expérience merveilleuse et on vous souhaite encore de belles découvertes.
Bises à vous 3.
Mumu et Stéph.
François
  • 6. François | 06/01/2016
hello
bravo encore pour votre traversée.
Et si vous ne les connaissez pas encore, je vous souhaite de très agréables bains aux Tobago....
C'est magnifique.....
.... si on ne se loupe pas en entrant !!!!
Mais j'ai toute confiance....
Bonne nav

Ajouter un commentaire