Créer un site internet

Notes:  

BONNES FETES A TOUTES LES MAMANS QUI NOUS LISENT.....

Michelle quel bonheur de découvrir vos 1ere nav sur votre bato tout neuf…comment il est à la manoeuvre?

A vous tous qui nous faites le plaisir de nous lire, allez donc voir les aventures de Thierry et Michelle (rencontrés sur le rallye du Jasmin cet été en méditerranée). Ils font un périple dans la baltique sur leur Wauquiez pilot saloon 48  flambant neuf à peine sorti des cartons ;-) leur blog :http://lys-des-mers.blogspot.com/

Merci Arlette pour tes adorables petits mots qui nous font à chaque fois très plaisir. Il est vrai qu’ici nous vivons un autre monde, une autre dimension….

Comment va notre infatigable Marie Claude à Paris ?  L’autre bout de la planète vue d’ici !

 

Day 299 – Day 320: du dimanche 8 au dimanche 29 mai 2016 : Polynésie, archipel de la société : Tahiti (marina de Papeete puis Taïna), Moorea Island – Raiatea Island

Grand moment de bonheur, le moteur tourne comme une horloge, comme tout le reste du bato d’ailleurs. Heidi dans ses meilleurs jours, un vrai bonheur. Et nous quittons Tahiti…enfin ! Tandis que Kiwi Beanz, à peine partis ensemble, rebroussait chemin sans même toucher Moorea pour un nouveau souci de pilote auto. Enfin heureusement ils ont trouvé la cause rapidement…et n’ont plus qu’à attendre une nouvelle 10zaine de jours que les pièces détachées arrivent !!

Malgré notre désir de rejoindre le reste de la flotte, déjà à Niue, ile indépendante qui se situe à l’ouest, après les Cooks, à peu près à 1000 miles de nous, nous nous sommes tout de même arrêtés à Moorea, l’ile voisine de Tahiti, absolument splendide. Tout d’abord nous ne voulions pas rater l’ami Bruno et son Moorea Beach Café dont l’ami Thierry de new York nous avait fait l’article. Et effectivement nous avons passé un moment délicieux en sa compagnie. Découverte d’un monde totalement inconnu à travers ses merveilleuses histoires de restaurateur français installé plus de 20 ans à NY parmi les meilleures tables de la ville, puis récemment à Moorea. Repos du corps et de l’esprit après une vie pleine de rebondissements. Et toujours des projets en court, le dernier sur l’ile voisine de Bora Bora, pour un projet unique pour le compte des champagnes Moët et Dom Pérignon. Mais chut, projet en cours dont on entendra sans doute parler d’ici qques mois. Raphaël enchanté entre carpaccio de bœuf fondant dans la bouche, pizza de luxe dont la farine est spécialement importée de France et wifi à gogo. Du coup nous ratons l’heure de départ pour Raiatea. Tant pis cela sera pour demain….

Moorea ou nous découvrons le jardin des raies et des requins. Un haut fond de sable blanc ou tout le monde a pied. Nous laissons le dinghy à la petite bouée et descendons dans l’eau avec nos sardines à l’huile et là…… c’est la ruée de raies et requins. Les raies ont une technique infaillible, elles repoussent les requins vers l’extérieur qui tournent de plus belle autour de nous, 15 ou 20 au bas mots, tandis qu’une 10zaine de raies, certaines plus grande que moi, entament un ballet ou au final elles nous grimpent dessus pour être en 1ere position pour se goinfrer de sardine à l’huile….unique ! Et comme nous y étions à l’heure du déjeuner, nous étions totalement seul, aucun touriste à l’horizon pendant au moins 2 heures.

Nous avons eu aussi la chance de retrouver le bateau des américains de Do Over dans la baie d’à côté, la baie d’Opunohu. C’est tout de même assez particulier ces noms polynésiens quand on y songe. On se croirait dans le monde des télés tubbies, l’émission préférée de Raphaël quand il était bébé. Des sons moelleux et chantant, Taïna, faré, Maeva, nana, ukulélé, laorana, faraoa, tama’a, tiki…..  D’ailleurs en surface le paysage y ressemble aussi, grandes étendues vertes, soleil partout. Bienvenu au pays des bisounours !

Donc nous revoilà en compagnie de Paula et Dan, restés à la traine pour profiter des iles sans avoir à suivre le rythme effréné du rallye.  Tandis que Raphaël fait découvrir les joies du mille bornes aux enfants, dont la traduction en anglais pas Raphaël vaut son pesant d’or. Soirée tranquille sur Heidi, ou nous devisons sereinement de la suite pour chacun de nous. Dan et Paula optant pour encore qques mois dans les iles puis direction la nouvelles Zélande. Paula a trouvé un super plan sur un site incroyable ou on poste des annonces pour se proposer de garder des maisons avec des animaux. Et du coup ils viennent de signer pour passer noël dans un super ranch au sud de la Nouvelle Zélande tandis que les propriétaires en profiteront pour passer des vacances à l’étranger. Ils sont formidables ces américains, rien ne les arrête. Pour notre part nous avons décidé de reprendre le court de la vie sur la terre ferme. Et à priori en suisse pour débuter en douceur notre reconversion dans la vie active. D’abord pour retrouver la douceur de nos amis laissé là bas au pays, la chaleur de nos familles, et de nouveau jobs sans souci de permis de travail, histoire de renflouer les caisses ! Le plan étant de vendre le bato en Australie à travers un brooker. Voir l’annonce sur www.boatsonline.com.au/boats-for-sale/ed-view.php?de=185537

 Si Jda s’est bien pris au jeu du parfait marin, j’avoue de mon côté être contente de passer à autre chose. Si cette vie sur l’eau est absolument unique, découverte de nouvelles sensations, de tout autre système de valeur, de paysages et de situations tous plus enivrants, surprenant parfois un peu sportif à certain moment, au final, la civilisation me manque. Et donc entre un Raphaël ado qui a vraiment besoin de se défouler avec des potes de son âge, moi qui aimerais retrouver un terrain de jeu moins liquide, et bien nous allons de concert reprendre le chemin des écoliers dès la rentrée prochaine.

En attendant nous avons encore de merveilleuses choses à vivre dans la rubrique « on largue les amarres » avant de toucher Sydney. Et si Jda préfère continuer l’aventure, et bien pourquoi ne pas ramener le bato en France…avis aux volontaires….-;-)

Pour le moment nous voilà en route pour Raiatea à qques 100 miles, retrouver les amis de Carango, Vicky, Peter et leur fils Georges, pur sujets de la couronne britannique, scotchés à Raiatea sur leur magnifique Amel 54, pour cause de moteur foutu.

Et nous allons diner ce soir tous ensemble…sauf que Jda s’est attrapé le rhume méga géant de Raphaël…donc j’en ai 2 au tapis ! Espérons que le bon air de Raiatea et bientôt Bora bora les remette sur pieds !!

Commentaires (2)

THIERRY ET MICHELLE DUPIC
  • 1. THIERRY ET MICHELLE DUPIC | 21/06/2016
Coucou les amis, un revenant...

Votre périple nous donne également envie, tout comme Jean Camille et Delphine, de pointer l'étrave de notre voilier plein ouest d'autant plus que nous sommes toujours avec notre seconde peau Musto jour et nuit !
Mais cela nous le savions avant de partir, et cette mer baltique offre des paysages superbes nous faisant oublier le froid.

Le spectacle des raies et des requins nageant autour de vous en quête de sardines à l'huile (préférence pour l'huile d'olive ?) devait être féérique.

Comment un simple rhume peut il mettre HS tes deux grands marins, es tu sûr que ce n'est pas une feinte pour échapper aux corvées ...!

Nous découvrons notre Wauquiez avec grand bonheur et compte tenu de son poids (16t) nous sommes agréablement surpris de ses performances à la voile ( 9n SOG pour vent vrai de travers 17n ).
Les manoeuvres de port sont parfois rock and roll mais nous y arrivons !

Gros bisous à vous trois et en particulier à Raphael, ce merveilleux jeune homme.

Thierry et Michelle
jean-camille Raymond
  • 2. jean-camille Raymond (site web) | 05/06/2016
Hello Heidi 2.0 ,

Nous venons de recevoir un email de marine service qui annonce votre arrivée à Bora Bora, votre voyage dans le pacifique nous fait rêver !

Pour notre part, nous avons presque achevé notre année sabbatique Med - Atlatique - Caraibes et allons laisser le bateau en Martinique pour la saison cyclonique et finir par un voyage vers Cuba , mais en vol commercial !

Très bonne navigation vers l'australie et au plaisir de vous revoir prochainement à terre !

Jean-Camille, Delphine et Mathis

Ajouter un commentaire