Créer un site internet
Dsc 0930
Dsc 0898
Dsc 0860
Dsc 0882

la traversee du pacifique....

Day 229 – Day 248 : Mercredi 2 – au lundi 21 mars : Galápagos – Marquises : 2980 miles en ligne directe, soit 5525km, un peu plus que la traversée de l’océan atlantique.

Et bien nous y voilà ! Au beau milieu du pacifique, sans aucunes autres voiles au loin. La vacation radio bi-journalière avec les autres bato de la flotte est comme un fil d’Ariane sur cette étendue sans fin qu’est l’océan Pacifique.

Après un départ diffère de Santa Cruz qui nous a valu de rater la ligne de départ du rallye nous revoilà, et une fois n’est pas coutume, pas trop mal positionné dans la course… que nous ne courrons pas ! La réparation du frigo miraculeusement opérée par Jésus juste avant le départ nous a gardé un peu plus longtemps que prévu à l’ancre. Mais nous avons vite fait de rattraper la flotte, grâce à notre fidèle Volvo Marine 75 HP qui tourne comme une horloge. Il faut dire que le souci de ce trajet, c’est que l’on se retrouve dans ce que l’on appelle le pot au noir, soit environ 400 miles sans vent en ce qui nous concerne. 60h au moteur, un peu plus de 3 jours, ou nous avons tous ronronné gentiment. Et sous la pluie. Ce qui m’a valu d’attraper une sorte d’angine à force d’avoir les pieds mouillés et le reste plutôt humide. D’après les explications de monsieur météo alias JDaniel, le pot au noir représente la zone de confluence entre les courants du nord et ceux du sud. Ce qui donne une vaste étendue sans vent hormis les zones orageuses que ne manquent pas de se créer entre les 2 courants froid et chaud. Et que l’on évite car ne manquerait plus que l’on se transforme en côtelettes grillés à cause de tous ces éclairs. Un des épisodes drôle de cette étape a été notre rencontre avec des pêcheurs Equatorien. Au début on n’y croyait pas, des petites barcasses de pêche à plus de 700 miles de la cote ! Comment font-ils pour venir pêcher si loin avec ces vieux rafiots ? On a vu arriver à toute berzingue un de ces canots, qui dans un espagnol ou je ne comprenais rien, nous a fait comprendre qu’ils souhaiteraient qu’on leur serve de cantine…. En bon samaritain, je leur ai fait un paquetage de survie digne de la Croix Rouge suisse, avec pain frais, jambon, barre muesli, chocolat, et eau. Jda m’a lancé des éclairs quand il a vu que son précieux pain disparaissait et Raphaël son jambon préféré. Mais bon si c’est pour leur refiler des trucs pourris ce n’est pas forcement cool non plu. Mais effectivement cela devait être au-delà des standards car à peine avaient ils disparu, que l’on a vu rappliquer à fond la caisse pas un mais plusieurs de ces barques en mode Skuld. Au point que nos copains de Take Off qui avaient pris un peu d’avance, en voyant cette armada fondre sur nous, ont pris peur, ont cru à une attaque de pirates et ont fait demi-tour à toute vitesse pour venir nous prêter main forte !!  On ne remerciera jamais assez la couronne suédoise et ses vaillants sujets, et plus prosaïquement Jurgen et son équipage ! Mais pour le coup, ces marineros étaient sur la fréquence radio « bon plan » et en fait ils venaient nous réclamer leur part du butin gastro. Comme je n’allais pas vider nos frigos a peine parti, on a transigé à qques paquets de cigarettes, des cannettes de bières et de l’eau. Au passage ils nous ont montré leur prise, essentiellement des gros requins gris. Et ils nous ont expliqué qu’ils venaient en convois de la côte pour plusieurs semaines avec un gros navire qui leur sert de base la nuit.

Après cette aventure, nous sommes partis plein sud, accompagné de Take Off avec qui nous avons fait un bout de route ensemble. Grace à leur spi symétrique, Take off a ensuite pris plein ouest, tandis que de notre côté nous n’avons pas eu d’autre choix que de descendre encore plus au sud, généralement avec le spi ou le Code 0 la journée, et la nuit en mode simple, soit juste la grand-voile. Donc on s’est pris une valise avec Take off qui eux marchaient nuit et jour au spi, et direct sur le cap, mais bon Jürgen a décidé d’arriver 1er. Du coup on est le seul à être si bas, mais en fait ce n’est pas forcément une mauvaise option car nous avons maintenant touché une zone avec pas mal de vent qui nous permet de mettre notre redoutable tangon et système de voile en ciseaux, jour et nuit.

Et nous marchons à une moyenne de 8,2kt, avec 18 à 25kt de vent arrière. Et au cap grâce au vent qui tourne un peu plus au sud. Du coup après 13 jours de nav, nous ne sommes plus qu’à 900 miles de l’arrivée, sur les 3000 miles au total que compte la distance entre Santa Cruz et Hiva Oa. A ce rythme-là, nous serons arrivés dans 5 ou 6 jours. Effectivement on explose notre record par rapport à l’atlantique, ou il nous avait fallu 22 jours pour faire 2500 miles. Au final pour cette traversée-là, on aura passé 19 jours en mer pour un peu moins de 3200 miles, avec des conditions similaires.

On pourrait penser que cette traversée ressemblerait à celle de l’atlantique… mais pas complètement. Pour ceux qui ont raté l’épisode, je crois que c’est celui juste avant noël, du 24.11 au 27.12.15.

Tout d’abord on ne peut écarter le fait que nous ne sommes que tous les 3 puisque papa ne nous accompagne pas sur ce leg. Du coup les rapports sont totalement différents. Raphaël prend petit à petit une part de plus en plus active dans la navigation puisque que l’on a souvent besoin de lui pour les manœuvres à bord. Du coup il passe aussi pas mal de temps sur le routage, la météo, les vacations radio et aussi…les quart de nuit ! Ce qui soulage le long quart de Jda. Il se rend compte ainsi qu’il est grave-utile, même si parfois il fait des trucs assez surprenant, comme tester en pleine nuit la navigation à vue (comme on y voit rien puisqu’il fait nuit, Heidi tourne en rond, avec ce que cela implique au niveau des virements et empannages sauvages !) ou encore des réglages de voiles assez improbables. Mais bon il se débrouille de mieux en mieux.

Il n’y a pas non plus vraiment de rythme à bord, tout dépend du degré de fatigue et des envies de chacun. Raphaël passe pas mal de temps sur son CNED, dont il ne manque pas de nous faire profiter aussi ! JDaniel bricole pas mal, notamment le générateur qui est tombé en berne juste après notre départ évidemment ; exit le Nespresso, lave-linge, home cinéma et autres appareils branchés sur le 220v. Dont l’aspirateur, à la grande joie de Raphaël !

 Chose incroyable pour un engin de mer, il a rouillé ! Après s’être tapé le classeur entier du manuel d’utilisation, JDaniel a réussi par je ne sais quel miracle à le faire redémarrer. On a assisté pendant 2 jours à un véritable sketch, ou l’on voyait Jda absorbé dans ces réflexions, tourner autour du groupe, se contorsionner dans tous les sens pour arriver à se faufiler au fin fond du coffre arrière, ce qui, quand on fait 1m90 est tout de même un exploit, pour enfin bidouiller à grand renfort de colle, d’ingéniosité et de persévérance, une improbable réparation. Et chose encore plus incroyable il continue à tourner encore !! Et grâce à la Wonder team de la Clinique du Bato, et au service international de Fisher Panda, la marque du fameux générateur, nous devrions avoir une solution de réparation à notre arrivée ! Viva Jda, viva les pandas, et viva la vie (car quand il y a la vie, il y a l’espoir…. ;-) Il faut dire que pour le coup, nous sommes nettement mieux lotis que nos potes sur Take Off…. Le système de câble et poulie de la barre les a lâchés, ils n’ont plus que leur pilote auto pour diriger le bato. Faut espérer qu’ils trouvent une solution avant d’arriver à Hiva Oa, car pour ancrer dans cette minuscule anse cela ne va pas être simple.

Et quand il ne bricole pas, Jda nous fait des essais de barbe et moustache. Si ce n’est pas encore Clark Gable, ou Daniel Day Lewis, ça a le mérite de nous faire bien rigoler.

Quant à moi je continu l’exploration des recettes de Jamie, comme le véritable Club Sandwich British, pure breed (jeu de mot avec bread (pain), ou breed veut dire pure race en anglais) qui a remporté bcp de succès, mais aussi la cuisine à bord offert par maman. Au rayon « maman » nous ouvrons régulièrement un bocal de ses fameuses conserves de bonite qui continuent à faire le bonheur de nos salades et light lunch. Mille mercis maman jolie, et j’en profite aussi pour te faire passer le message de Raphaël qui te remercie bcp pour ta proposition mais non il n’a pas l’intention de venir s’installer à Lyon à la rentrée…..

Les journées passent donc à une vitesse supersonique sans que l’on ne s’en aperçoive… et le soir le spectacle de la couche de soleil est toujours aussi époustouflant, sur cette étendue liquide dont on ne se lasse pas….

Dsc 807
Dsc 815
Dsc 818
Dsc 898
Dsc 0912
Dsc 0915
Dsc 0878
Dsc 0832
Dsc 0891
Dsc 925
Dsc 881
Dsc 0910

Commentaires (5)

Cathy
  • 1. Cathy | 05/04/2016
BRAVO, BRAVO les champions ! vous avez l'air de vraiment en profiter à 200% ! magnifique récit de cette traversée du Pacifique. J'ai bien aimé le passage des "pirates du gastro Suisse" !! Une "mention speciale" pour les quart de nuit de Raphaël : FELICITATIONS!!
Régalez- vous bien, dans tous les sens du terme!!
bisous des 3 Paglino
Caro et Alain
  • 2. Caro et Alain | 02/04/2016
Hello les grands navigateurs. Quelle bonheur de vous lire et de vivre un peu avec vous cette aventure extraordinaire. Sous la grisaille parisienne l'ambiance n'est pas la même , nous survivons tout de même ! Nous avons fait un tour en Irlande pour remonter le moral de notre Charly qui n'est pas tomber raide dingue de cette contrée et n'a même pas trouvé de petite irlandaise pour sortir un peu . Pourtant le Conemarra c'est pas mal, il manque 25 degrés et les tortues mais ....Bon il rentre fin avril, il tient le bon bout ... Le reste de la famille est au top et nous vous embrassons fort.
Dupic Michelle
  • 3. Dupic Michelle | 02/04/2016
Bravo à tous les trois !!
Comment un aspirateur peut rouiller aussi vite , peut être l'avez vous mis dans un coffre ?
Je me pose cette question car je suis prêté à investir dans cet appareil pour notre départ de la maison le 30 avril, et je n'ai pas trouvé d'ailleurs d'´aspirateur marinise ...
Nous préparons nos cartons , c'est fou ce que l'on veut emmener !! Transporter le confort de la maison sur le bateau ,
Nous vous embrassons affectueusement
ceux de Cham
  • 4. ceux de Cham | 28/03/2016
Raphael , ta marraine est vraiment très très fière de toi; nous sommes enchantés de savoir que tu atteint la perfection avec 20 en technologie! peut être que tes travaux pratiques sur le bato t'inspirent! tu parait assurer aussi les quarts de nuit, bravo!
nous nous skions à Cham avec Leïca qui est toujours aussi fan de neige! Les parents sont à Antibes aussi en mer avec Marcel et Marie; PH défend les couleur de son équipe de Rugby a Saint-Malo et K plutôt épuisée par sa Charlotte se ratatine en peu en Ostéo... la fin de cette 6 eme année sera compliquée mais c'est quand même bientôt terminé et elle n'a pas l'intention de lâcher si prés du but!
on vous embrasse très fort
girard philippe , pneumologue
  • 5. girard philippe , pneumologue | 24/03/2016
bonjour , je ne vous connait pas mais je vous envie ...
j'ai parlé de plongée et de bateau avec Mme ZER MICHELLE .....
bon voyage à vous ....

Ajouter un commentaire

×